Faut-il  » prendre position pour la Bible avant qu’il ne soit trop tard ? »


>3 Articles pour la série : Débat sur une Bible sans erreur
Print Friendly, PDF & Email

 

Un débat fondamental et très passionnel a actuellement lieu dans les milieux théologiques évangéliques : celui de l’exactitude historique et scientifique des textes bibliques. D’un côté, les partisans de l’inerrance « absolue » qui affirme que la Bible est parfaite non seulement d’un point de vue « spirituel », mais aussi scientifiquement et historiquement. De l’autre côté, les partisans de l’inerrance « limitée » à ce que l’homme a besoin de connaître pour accéder au salut en Jésus-Christ et vivre selon la volonté de Dieu, tout en reconnaissant que les auteurs bibliques s’exprimaient avec leur niveau de connaissance scientifique et historique, et avec leurs propres critères d' »exactitude ». Ce second groupe est parfois qualifié par le premier groupe et de façon souvent péjorative de « néo-évangélique ».

Une pétition sur internet vient même d’être lancée pour « défendre la Bible avant qu’il ne soit trop tard. », et plusieurs pasteurs/théologiens français ont déjà apposé leur signature.

Norman Geisler à l’initiative de cette pétition explique dans cet article que le débat porte bien sur la définition de l' »inerrance biblique », tant il est vrai que cette expression a pour beaucoup des sens différents.

Certains affirment que la Bible est innérante dans ses objectifs (vs ses propositions). D’autres soutiennent qu’elle est innérante en ce qui concerne les enseignements « essentiels » (vs les enseignements périphériques). Parmi les deux grandes catégories d’innérantistes, le débat porte sur l’innérance limitée vs l’inerrance illimitée. Dit d’une autre manière, le problème est de savoir si la Bible est sans erreur à propos de tous les sujets à propos desquels elle parle ou si cette absence d’erreur est limitée à ce qui concerne le salut…

L’innerance est donc la conviction que la Bible est entièrement vraie sur tous les sujets qu’elle aborde, que ce soit à propos de la rédemption, mais aussi l’histoire ou la science. Elle ne trompe pas ni ne se trompe pas parce que la vérité est ce qui correspond aux faits, et l’erreur est ce qui ne correspond pas aux faits.

Ceux qui signent la pétition affirment donc que

La Bible seule, dans son intégralité, est la Parole infaillible de Dieu dans le texte original et est, par voie de conséquences, inerrante dans tout ce qu’elle affirme ou nie sur tous les sujets qu’elle aborde.

A ce jour, plus de 48 500 personnes ont signé. C’est le cas du théologien Henri Blocher.

Le débat est bien interne au monde évangélique et concerne les facultés de théologie les plus influentes, comme le Wheaton College par exemple. John Walton, professeur mondialement connu et spécialiste de l’A.T. reconnaît que la Bible ne contient aucune révélation en matière de science et qu’elle a été écrite avec une compréhension ancienne du cosmos. Il rejoint en cela Denis Lamoureux, autre théologien évangélique qui cristallise les attaques du camp des inerrantistes.

Ce débat pourrait paraître anecdotique, voire d’un autre âge si les enjeux en matière de crédibilité intellectuelle de la foi évangélique n’étaient pas vitaux. Ils le sont en effet.

Les rapports entre science et foi ainsi que l’interprétation de la Genèse et les origines évolutives de l’homme sont au centre des débats. Bon nombre d' »inerrantistes » (mais pas tous), rejettent les origines biologiques évolutives de l’homme ainsi que le polygénisme (l’humanité issue d’une population de plusieurs milliers d’individus et non d’un couple unique créé de novo), certains vont même jusqu’à questionner l’âge ancien de la terre au nom de leur interprétation « concordiste » des Ecritures.

Ainsi Steve Lagoon, qui rejette toute forme d' »accommodation » dans l’inspiration biblique,  évoque « le champ de bataille édenique » :

Le premier étage de cette bataille entre ceux qui épouse l’inerrance et les évangéliques qui se compromettent concerne la façon d’interpréter les premiers chapitres de la Genèse…

Lamoureux lui-même affirme : »l’histoire réelle dans la Bible commence approximativement au chapitre 12 avec Abraham. Comme beaucoup d’autres théologiens évangéliques, je vois Genèse 1-11 comme un genre littéraire unique distinct du reste de la Bible… je ne crois pas qu’Adam était historique… »

Il est important de comprendre que tous ces spécialistes ne sont pas considérés comme des libéraux, mais des théologiens évangéliques enseignant dans des universités et des séminaires « conservateurs »…

La négation qu’Adam et Eve étaient les fondateurs historiques de la race humaine est incroyable, à la lumière d’un enseignement clair de la Bible (Actes 17:26)

 

On comprend donc que ces questions ne peuvent pas être prises à la légère ! Bien sûr, les lecteurs de ce site savent que nous ne pensons pas que l’inerrance absolue soit une caractéristique de la Bible. C’est une question que nous avons déjà abordée, et qui n’est pas prête d’être épuisée.

Le titre de cette pétition devrait-il être « faut-il prendre position pour la Bible avant qu’il ne soit trop tard ? » Ou « Faut-il prendre position pour le concordisme en matière d’interprétation biblique avant qu’il ne disparaisse ? »

On peut aborder ce débat sous plusieurs angles. Dans l’article qui suit, David Vincent, titulaire d’un Master en Histoire ancienne nous expliquera s’il est légitime, comme l’affirme Norman Geisler, de considérer qu’historiquement, la position qu’il défend était celle des Pères de l’Eglise qu’il évoque avec de multiples citations.


Navigation dans la série
Les Pères de l’Eglise croyaient-ils que la Bible était scientifiquement et historiquement « parfaite » ? >>
Avatar

11 Commentaires

  1. Avatar
    Manu mar 26 Avr 2016 Répondre

    « A ce jour, plus de 48 500 personnes ont signé. C’est le cas du théologien Henri Blocher. »

    Sans surprise, le Professeur Henri Blocher soutient la thèse de l’inerrance absolue. Logiquement, il soutient aussi la thèse monogéniste et pense que toute l’humanité descend d’un seul couple qui aurait vécu il y a environ 40 000 ans : “the biblical Adam and Eve were the first parents of our race, some 40,000 years ago.” (Henri Blocher, Original Sin: Illuminating the Riddle, Grand Rapids: Eerdmans, 1997, p. 42)

    Pourquoi 40 000 ans ? Peut-être parce qu’on est obligé d’admettre que les peintures de la grotte Chauvet ont été réalisées par des hommes comme nous…

    C’est une question de cohérence, mais cohérence entre quoi et quoi ? La position d’Henri Blocher n’est assurément pas cohérente avec les données de la science moderne (qui réfute le monogénisme) mais très cohérente avec la doctrine du péché originel… La diversité génétique de l’humanité est telle qu’il est impossible qu’elle descende d’un seul couple (Adam et Eve) ou de quelques couples (Noé et sa famille).

    « Avant qu’il ne soit trop tard », disent les promoteurs de cette pétition. Comme si cette conception quasi coranique des Ecritures était vitale pour l’Eglise. Une certaine forme d’Eglise, peut-être. Mais il faut vivre avec son temps et Dieu nous fait la grâce de vivre aujourd’hui. Il faut que l’Eglise tienne compte des connaissances actuelles en matière de science, d’histoire, etc., sinon elle se coupe tragiquement de l’humanité. La fidélité n’est pas la fixité. Il faut que, fidèlement, l’Eglise évolue dans son interprétation des Ecritures. Avant qu’il ne soit trop tard…

    Mais peut-être que tout cela permettra finalement au mouvement évangélique de s’humilier. Il en a bien besoin. Quand on pense que pour certains responsables, « le mouvement évangélique […] manifeste pratiquement l’unité spirituelle des véritables chrétiens par-delà les barrières dénominationnelles. »

    http://caef.net/spip.php?article352

    A l’entrée du Paradis, prière de montrer sa carte d’évangélique (véritable chrétien)…

    • Avatar Auteur
      Benoit Hébert mar 26 Avr 2016 Répondre

      Bon Manu, j’espère que tu l’as, ta carte ;-)
      Plus sérieusement, oui, Adam et Eve il y a 40 000 ans, ça ne colle pas du tout avec le texte qui les situe au Néolithique.

  2. Avatar
    Georges Daras mer 27 Avr 2016 Répondre

    Bonjour les amis,

    Ce que je ne comprends pas, c’est le but de la pétition. À qui seront adressées toutes ces signatures?

    • Avatar Auteur
      Benoit Hébert mer 27 Avr 2016 Répondre

      Bonne question Georges. A mon avis, c’est plus une campagne médiatique qu’autre chose. Les auteurs de la pétition sont sincèrement convaincus d’être des « lanceurs d’alerte » et de « protéger » le texte biblique, pour peser au sein des institutions théologiques et des dénominations . Les réactions sont proportionnelles à la force des arguments bibliques, historiques, archéologiques et scientifiques qui leurs sont opposés :-)

      Comme nous le pensons et le disons depuis un certain temps, le monde théologique évangélique est en train de vivre sa « crise moderniste »…

      L’enjeu de tout ça est le maintien ou non du concordisme scientifique et historique dans l’interprétation des textes bibliques.

      • Avatar
        Georges Daras mer 27 Avr 2016 Répondre

        Bonjour Benoît,

        Tu as sans doute raison. Ils ne sont pas à une redondance près. Après avoir soutenu, affirmé, confirmé, certifiée, garanti, ratifié, affermi, attesté, corroboré et revalidé leur position pendant des décennies, voici la pétition! C’est qu’ils ont eux-mêmes vachement de mal à croire ce qu’ils avancent.

        • Avatar Auteur
          Benoit Hébert mer 27 Avr 2016 Répondre

          Georges, tu es vraiment le spécialiste des synonymes !

  3. Avatar
    bibletude.org dim 01 Mai 2016 Répondre

    L’ironie de cette histoire est que ces évangéliques tombent dans un des travers que la Réforme reprochait à l’Eglise Catholique de l’époque, à savoir pondre des dogmes pour couler dans le béton des conceptions branlantes (et surtout pour se rassurer sur la solidité et le bien fondé de sa « foi »).

    C’est d’ailleurs plus que le créationnisme qui est en filigrane derrière cette pétition, volontairement ou non. Car cette pétition pourra être mise en avant pour justifier des dogmes découlant de passages pris hors de leur contexte, par exemple l’interdiction faite aux femmes d’enseigner dans l’Eglise.

  4. Avatar
    Manu dim 01 Mai 2016 Répondre

    Les partisans de l’inerrance absolue des Ecritures n’ont pas tous nécessairement les mêmes croyances. Chacun sait que les interprétations d’un même texte peuvent être très différentes. A quoi bon polémiquer sur l’inerrance puisque, de fait, la croyance en l’inerrance absolue ne conduit pas à une unité de foi ?

  5. Avatar
    Didier Millotte ven 23 Sep 2016 Répondre

    Hélas, on confond trop souvent « ce que dit la bible » avec « notre compréhension du texte biblique ». On confonds « La bible » avec « nos doctrines ». Comprendre le texte biblique d’une manière intelligente, contextualisé, tenant compte de l’histoire et des langues, du sens des mots dans les époques données, ce n’est pas renier le texte biblique ni le contredire, bien au contraire, c’est être éclairé sur son sens.

  6. Avatar
    Manu ven 23 Sep 2016 Répondre

    « The denial that Adam and Eve were literal historical founders of the human race is incredible in light of the clear teaching of the Bible. »

    Pour Steve Lagoon, nier que toute l’humanité descende d’un seul couple est incroyable à la lumière de l’enseignement clair de la Bible. Peu importe la génétique, « cette doctrine n’est pas conforme à ce que disent les Saintes Écritures »…

    « Moi, Galiléo, fils de feu Vincenzio Galilei de Florence, âgé de soixante-dix ans, ici traduit pour y être jugé, agenouillé devant les très éminents et révérés cardinaux inquisiteurs généraux contre toute hérésie dans la chrétienté, ayant devant les yeux et touchant de ma main les Saints Évangiles, jure que j’ai toujours tenu pour vrai, et tiens encore pour vrai, et avec l’aide de Dieu tiendrai pour vrai dans le futur, tout ce que la Sainte Église catholique et apostolique affirme, présente et enseigne. Cependant, alors que j’avais été condamné par injonction du Saint-Office d’abandonner complètement la croyance fausse que le Soleil est au centre du monde et ne se déplace pas, et que la Terre n’est pas au centre du monde et se déplace, et de ne pas défendre ni enseigner cette doctrine erronée de quelque manière que ce soit, par oral ou par écrit ; et après avoir été averti que cette doctrine n’est pas conforme à ce que disent les Saintes Écritures, j’ai écrit et publié un livre dans lequel je traite de cette doctrine condamnée et la présente par des arguments très pressants, sans la réfuter en aucune manière ; ce pour quoi j’ai été tenu pour hautement suspect d’hérésie, pour avoir professé et cru que le Soleil est le centre du monde, et est sans mouvement, et que la Terre n’est pas le centre, et se meut. J’abjure et maudis d’un cœur sincère et d’une foi non feinte mes erreurs. »

    • Avatar
      Antoine ven 23 Sep 2016 Répondre

      Cool.
      David nous prépare une série sur la querelle antique au sujet de la forme de la terre. Certains, à cette époque (et même à la nôtre), la pensant platte pour des raisons bibliques.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*