Discussion à propos du « Labyrinthe des origines » d’Alfred Kuen, partie 3

Posté par Benoit Hébert

Print Friendly, PDF & Email

 

J’aimerais inaugurer une nouvelle façon de concevoir la discussion sur ce blog. Mon but ne sera pas de prendre parti pour ou contre un livre, mais d’exposer la vision de l’auteur dans de courts résumés.

J’entrecouperai ces résumés de questions ouvertes dont le but sera de nous faire réfléchir et  réagir.

Le premier livre choisi est donc le « Labyrinthe des origines » d’Alfred Kuen, aux éditions Emmaüs.

Source: Le regretté Philippe Gold Aubert a réalisé un excellent résumé de cet ouvrage sur son site. Je m’en servirai de point de départ pour notre première discussion.

http://www.science-foi.org/livres/kuen/print.htm

Chapitre 1 (suite)

 

« L’auteur présente ensuite des témoignages de savants bien connus qui croyaient en l’existence de Dieu, comme Newton, Copernic, Kepler ou Galilée autrefois, mais aussi actuellement. Einstein a pu dire, par exemple : « Ma religion consiste en une humble admiration pour l’Esprit supérieur dont la puissance se révèle jusque dans les plus petits détails à notre esprit faible et limité. L’idée que je me fais de Dieu, c’est cette conviction profonde d’une intelligence supérieure qui est à l’œuvre dans l’Univers » ; et sir James Jeans conclut : « L’Univers semble avoir été conçu par un mathématicien ».

Le fait que les mathématiques s’appliquent à l’univers d’une façon aussi précise est-il pour vous la marque de l’existence de Dieu et de son image dans l’homme ?

Dieu créa ! Le verbe bârâ, que la Bible emploie pour créer, a toujours Dieu comme sujet dans l’Ancien Testament. On dit que Dieu créa à partir de rien, ou plutôt à partir de Lui-même; ou faire avec rien, tirer du néant. Ce verbe est employé 6 fois pour la Création du ciel et de la Terre et 3 fois pour celle de l’homme. Pour d’autres créations, l’auteur utilise le verbe asâ (= faire). Ailleurs dans la Bible, le mot bârâ est utilisé aussi dans le contexte du salut. « L’activité créatrice de Dieu dans l’histoire n’est pas seulement la présentation de ce qu’Il a fait : c’est un engagement créateur continu avec ce monde, le menant vers sa gloire future », écrit D. Atkinson.

Le verbe bârâ signifie-t-il créer ex-nihilo ? Est-il interchangeable avec « asa » ? L’utilisation de « bara » pour l’homme implique-t-il que Dieu a créé l’homme « ex-nihilo », à partir du néant?

« La grandeur de l’Univers nous échappe. L’étoile la plus proche de notre Soleil est Proxima du Centaure, à 4,23 années-lumière! A1000 km/H, un satellite mettrait 4 millions d’années pour y parvenir… Or il existe des étoiles dont la lumière a mis des milliards d’années pour nous parvenir, à 300 000 km/seconde!

Comment cet Univers s’est-il formé ? Ph. Gold-Aubert actualise ainsi les deux premiers versets de la Genèse : « Tout au début, Dieu (Elohim) a fait jaillir du néant ce qui allait être cet Univers. La matière était encore inconsistante. » Pas même un photon n’existait dans ce vide initial. Mais l’Esprit de Dieu était en mouvement, comme un vent sur ces fluides (« maïms »); et la Septante traduit le 1er verset par : « Il y a longtemps, Dieu façonna le ciel et la Terre », ce qui implique bien un travail de longue haleine, correspondant aux dires des scientifiques. »

Est-il légitime de voir de la science moderne dans les premiers versets de la Genèse ?

« On connaît ensuite tout le processus de complexité du développement de l’Univers depuis 14 milliards d’années, naissance des noyaux d’atomes simples (Hydrogène, Hélium…), puis de plus en plus complexes. La matière s’est concentrée ensuite en étoiles, comme notre soleil, qui entrent en fusions nucléaires successives, donnant naissance aux éléments lourds qu’on retrouve sur la Terre et les autres planètes, entourant de leurs déchets des multitudes d’étoiles. La boule de nébuleuse enfantant la Terre n’avait pas une forme bien déterminée (informe dit la Bible), mais sous l’attraction gravitationnelle et la pression croissante, elle a pris sa forme sphérique comme tous les astres d’une certaine importance.

Grâce au satellite Hubble et aux télescopes géants, nous pouvons remonter le temps presque à l’origine de l’Univers et comprendre plus de 90 % de son histoire physicochimique. Mais on est encore loin de l’origine de la vie! H. Ross énumère 26 paramètres dont le réglage précis et extrêmement ingénieux a modelé le cosmos dès le début, et dans notre intérêt. Toutes ces découvertes amènent de nombreux chercheurs sincères à déclarer que l’Univers a bien une finalité, et qu’il n’est pas là par une sorte de hasard (principe anthropique).

C’est cette question que pose l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan, en constatant que ce réglage avait dès le départ la potentialité d’accoucher de la vie. Changer un petit peu l’une de ces variables, et nous ne serions pas là pour en parler! Cette précision équivaut à celle d’un archer qui placerait sa flèche dans une cible placée à 15 milliards d’années-lumière… Ce principe anthropique pose donc le problème d’une certaine connivence entre l’homme et le cosmos.

Y aurait-il de la vie ailleurs que sur notre Terre, avec des êtres intelligents avec lesquels nous pourrions communiquer? La Bible n’y répond pas, mais la science aimerait bien le prouver! »

Le principe anthropique est-il  convaincant? Dans sa version forte? Dans sa version faible?


Navigation dans la série<< Discussion à propos du « Labyrinthe des origines » d’Alfred Kuen, (2)
Discussion à propos du « Labyrinthe des origines » d’Alfred Kuen, partie 4 >>
Avatar

8 Commentaires

  1. Avatar
    Yogi mer 21 Sep 2011 Répondre

    N’est-il pas curieux que Google ne trouve comme références de votre citation d’Einstein que des sites d’évangélisation chrétienne, dont aucun ne donne la source originale ?

    D’autant plus étrange pour quelqu’un qui a déclaré « Il me semble que l’idée d’un Dieu à forme humaine est un concept que je ne peux prendre sérieusement. Je ne me sens pas non plus capable d’imaginer une volonté ou un but hors de la sphère humaine. Mes vues sont proches de Spinoza : admiration de la beauté et croyance en la simplicité logique de l’ordre et de l’harmonie que nous ne pouvons saisir qu’humblement et imparfaitement » (Lettre à MW. Gross, 1947),
    ou « Je peux comprendre votre aversion pour le mot “religieux” pour décrire l’attitude émotionnelle et psychologique qui se révèle le plus clairement chez Spinoza. Je n’ai pas trouvé de meilleur mot que “religieux” pour la foi dans la nature rationnelle de la réalité qui est, au moins partiellement accessible à la raison humaine » (Lettre à M.Solovine, 1951).

    J’ai le sentiment que l’auteur de votre citation a opéré un glissement de sens en remplaçant « rationalité » ou « raison » par « intelligence » ou « Esprit », dénaturant complètement la pensée d’Einstein.

    • Avatar Auteur
      Benoit HEBERT mer 21 Sep 2011 Répondre

      Je suis retourné dans le livre de M. Kuen pour connaître l’origine de cette citation d’Einstein, la source qu’il donne est un autre ouvrage Echec au doute de P. Little. Je n’ai effectivement pas l’origine de cette citation. Mais je n’ai pas non plus de raison de penser à priori que son sens serait tordu par le traducteur.

      Ceci dit, et puisque vous citez la lettre à M Solovine, en voici une autre du 30 mars 1952 (Lettres à M Solovine, Gauthier Villars, 1956)

      « Vous trouverez curieux que je considère la compréhensibilité du monde (dans la mesure où nous sommes autorisés à parler d’une telle compréhensibilité) comme un miracle ou comme un éternel mystère. Eh bien, a priori on devrait s’attendre à un monde chaotique, qui ne peut en aucune façon être saisi par la pensée. On pourrait (oui on devrait) attendre que le monde paraisse comme soumis à la loi pour autant que nous le saisissons ordonné. Ce serait une espèce d’ordre comme l’ordre alphabétique des mots d’une langue. L’espèce d’ordre, par contre, créée, par exemple, par la théorie de la gravitation de Newton, est d’un tout autre caractère. Même si les axiomes de la théorie sont posés par l’homme, le succès d’une telle entreprise suppose un ordre d’un haut degré du monde objectif, qu’on n’était a priori nullement autorisé à attendre. C’est cela le « miracle », qui se fortifie de plus en plus avec le développement de nos connaissances. »

      • Avatar
        Yogi mer 21 Sep 2011 Répondre

        Je ne pense pas en effet qu’on puisse dire que Einstein était véritablement « athée » : il rejette avec force toute idée d’un Dieu assimilable de près ou de loin à une « personne », dotée d’une volonté, d’un objectif, ou d’un quelconque intérêt pour l’espèce humaine, mais il est saisi par la « Rationalité », les « Lois », la « Structure » de l’Univers, face auxquelles il éprouve un sentiment qu’il qualifie de religieux mais qui me semble bien loin des implications habituelles de ce terme.

  2. Avatar
    Marc lun 28 Nov 2011 Répondre

    Pour moi, c’est cette question qui m’interpelle :

    « Le verbe bârâ signifie-t-il créer ex-nihilo ? Est-il interchangeable avec « asa » ? L’utilisation de « bara » pour l’homme implique-t-il que Dieu a créé l’homme « ex-nihilo », à partir du néant? »

    Je serais tenté de répondre oui ! C’est en tout cas il me semble, un peu ce qui ressortirait de la synthèse de Kuen, car plus loin dans le livre si je me souviens bien il ne va pas trop trouver d’argument en faveur de la théorie de l’évolution…
    On est donc clairement en contradiction avec de nombreux articles de ce blog – Alors, on s’en sort comment ? Faut-il chercher du côté de l’hébreux ?

    La réponse à cette question me semble en effet fondamentale, car j’ai rencontré plusieurs fois cette argumentation du « créer à partir de rien » pour l’homme, ce qui tranche rapidement le débat sur les origines et la question de la théorie de l’évolution !…

  3. Avatar Auteur
    Benoit HEBERT mar 29 Nov 2011 Répondre

    Bonjour Marc,
    C’est un plaisir de poursuivre la conversation avec toi!

    En effet, Kuen ne trouve pas beaucoup d’arguments en faveur de la théorie de l’évolution, et il est clairement en contradiction avec de nombreux articles de ce blog sur ce point précis, même si nous sommes d’accord sur d’autres points.

    J’ai beaucoup de respect pour A Kuen, mais je crains qu’il ne soit pas suffisamment conscient des preuves, en particulier issues de la génétique, en faveur de la macro évolution.

    je trouve néanmoins intéressant de discuter de son livre parce qu’il fait barrage au créationnisme de la jeune terre, et qu’il a été certainement lu par bcp d’évangéliques qui s’intéressent à cette question…comme toi!

    • Avatar
      Marc mar 29 Nov 2011 Répondre

      Merci Benoit, le plaisir est partagé !
      Mais tu me laisses un peu sur ma faim… On répond comment à la question ??

      La Bible affirme-t-elle que l’homme a été créé à partir de rien avec l’utilisation du verbe Bârâ ?
      Si c’est le cas, tu peux fermer ton blog ;-)
      Je n’ai pas la réponse et à vrai dire, c’est une question qui me pose problème.

      Ca semble en contradiction avec le fait que l’homme soit formé à partir de la poussière de la terre (on peut comprendre à partir des atomes élémentaires je pense – C H O N – ?) mais ce terme hébreux créé à partir de rien nous interpelle forcément au regard de la théorie de l’évolution.

      A te lire.. (ou tout autre volontaire)

      Marc.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*