Conférence “Creation care and the Gospel” aux Courmettes

Posté par Antoine BRET
Print Friendly, PDF & Email

 

J’ai récemment assisté à la conférenceCreation care and the Gospel” hébergée par ARocha sur le splendide domaine des Courmettes, près de Nice.

La conférence s’étendait du dimanche 10 au jeudi 14 septembre 2017, réunissant une centaine de participants en provenance d’Europe de l’Ouest pour la plupart. Ce fut la 8ème d’une série de conférences régionales organisées par le Mouvement de Lausanne et l’Alliance Évangélique Mondiale (en partenariat avec ARocha International, Care of Creation et l’Alliance Évangélique Européenne).

Je suis pour ma part arrivé le lundi après-midi pour repartir le mercredi après le déjeuner. Le mardi matin, j’ai partagé une intervention avec Max Boegli sur le thème du changement climatique et des énergies alternatives[1]. Une petite vidéo en anglais sous-titrée résumant la conférence vient d’être mise en ligne. Retrouvez la également intégrée en fin d’article.

J’avais prévu de longue date d’assister à cette conférence, avant même que l’on me demande d’y dire un mot. Je voulais en effet comprendre ce mouvement. Je m’explique : ARocha, Katherine Hayhoe ou bien Science & Foi, sont autant d’exemples de voix Chrétiennes qui veulent lutter contre le changement climatique. L’ouvrage collectif, Evangile et Changement Climatique, récemment paru, en est un autre. Les raisons Chrétiennes pour un tel engagement ne manquent pas. Mais en discutant avec les organisateurs de la conférence, il m’a semblé que leurs propos allaient au-delà, qu’ils étaient porteur d’un message dont la lutte contre le changement climatique n’est que le fruit. Et c’est ce message que je voulais comprendre.

 

Je pense que j’ai compris.

 

L’idée est que le changement climatique est juste le symptôme d’un mauvais comportement des hommes. Jésus jetterait-il sa canette de Coca-Cola dans la nature ? Mettrait-il du mazout dans la mer ? Polluerait-il sans compter ? Attendrait-il impatiemment le dernier iPhone ? Sûrement pas !

En Genèse 1.28, Dieu donne à l’humanité un mandat sur sa création. Nous sommes censés la dominer. Mais qu’est-ce que « dominer » selon Dieu ? Jésus répond en Mt 20.25-27,

Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur ; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave.

Dominez, selon Dieu, c’est prendre soin. Etre grand, c’est servir. Pourrait-on attendre autre chose ? Comment Dieu pourrait-il souhaiter que nous exploitions sa création sans la respecter ? Si nous étions les enfants d’un peintre génial, aimerions-nous que Mr Bean gribouille ses tableaux ?

Des textes comme le Psaume 8 encouragent un esprit respectueux et émerveillé par la nature. Jésus lui-même témoigne de la tendresse dont Dieu entoure sa création,

Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit.
(Mt 6.26)

 

Ne vend-on pas cinq passereaux pour deux sous? Cependant, aucun d’eux n’est oublié devant Dieu.
(Luc 12.6)

 

Considérez comment croissent les lis : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux.
(Luc 12.27)

 

Ainsi donc, il me semble qu’une attitude respectueuse envers la nature devrait être l’un des fruits d’une saine spiritualité. C’est dans ce sens qu’allait les interventions de,

  • Ed Brown, Soin de la création, Evangile et Eglise globale : une nouvelle Réforme !
  • Chris Wright, Regarder en arrière et en avant : la bonté, la gloire et le but de la création dans la Bible,
  • Ruth Valerio, Le consumérisme éthique : vivre une vie moins facile,
  • ou bien Dave Bookless, Mission impossible ? Une vision pour le royaume de Dieu sur la terre comme au ciel,

pour ne citer que quelques-unes de 9 interventions qui rythmèrent l’évènement. Au Royaume Unis, une initiative de ARocha intitulée Eco Church donne aux Eglises qui le désirent des conseils pratiques sur la façon de démontrer activement que les chrétiens prennent soin de la création divine. Quelque centaines de congrégations outre-Manche se sont déjà engagées dans cette voie et tentent d’inclure cette dimension spirituelle dans leur prédication aussi bien que dans l’isolation de leurs bâtiments. En France, l’initiative Eglise Verte marche sur les mêmes traces, et des mouvements semblables prennent leur essor dans le monde entier.

 

S’agit-il de faire de l’Eglise un « GreenPeace en Christ », un repère de « Khmers verts » ? Je ne le pense vraiment pas. Lorsque Jésus nous parle de prendre soin des pauvres,

Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger
(Mt 25.35)

il ne demande pas à l’Eglise de se convertir en ONG contre la pauvreté. Il nous indique simplement que la compassion pour les nécessiteux habite le cœur de Dieu, et qu’en tant que Chrétien, elle devrait également habiter le nôtre. De la même manière, le respect de la création habite le cœur de Dieu. Puisse-t-il habiter le nôtre également.

 

Pour activer les sous-titres, cliquer sur l’icône  CC dans la barre de commande du Player vidéo.

 


[1] Mon intervention était très proche de celle-ci, mais en plus court.

 

 

 

Crédit illustration : https://fr.123rf.com/profile_alonesdj

 

Antoine BRET

1 Commentaire

  1. Benoit Hébert sam 18 Nov 2017 Répondre

    Un grand merci Antoine pour ce compte rendu et pour la vidéo.

    ça fait du bien de voir et d’entendre que le monde évangélique est capable d’autre chose que d’être associé à ceux qui nient les évidences…dans ce domaine comme dans d’autres.

    J’espère de tout coeur que nous aurons bientôt l’occasion d’organiser une conférence du même genre pour les pasteurs et les leaders chrétiens au même endroit sur les questions de science et des origines de l’homme et de l’univers…qui sait ;-) ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*