Bible et histoire (4): « La vraie foi est une recherche permanente »

Posté par Benoit Hébert

Print Friendly, PDF & Email

 

 

L' »infaillibilité historique », une forteresse à défendre?

Il est clair qu’aujourd’hui, deux visions différentes des conséquences de l’inspiration biblique s’affrontent dans les milieux évangéliques. Une vision très largement majoritaire affirmant que la Bible raconte à 100% des événements tels qu’ils se sont déroulés de la Genèse à l’Apocalypse (lorsqu’il s’agit de récits « historiques » bien sûr). Une vision plus « critique », minoritaire mais gagnant du terrain,  remettant ce présupposé en question, tout en restant fidèle aux affirmations historiques de l’Eglise concernant par exemple la divinité de Jésus, sa naissance virginale, sa mort et sa résurrection.

L’origine de cette remise en question est en grande partie liée aux différentes impasses intellectuelles et aux conflits avec les découvertes de la science que cette vision de « l’inerrance historique et scientifique » produit inévitablement.

Cette remise en question affaiblit-elle la foi, ou bien la stimule-t-elle, la purifie-t-elle et la fortifie-t-elle ?

 

Je ne peux répondre que de ma propre expérience. Il est vrai qu’il faut avoir de bonnes raisons et du courage pour renoncer à des convictions acquises depuis longtemps. C’est toujours au départ une expérience douloureuse. Cela en vaut-il la peine ?

 

Les théologiens évangéliques que j’ai cités dans mes articles précédents sont partagés sur les conséquences d’un abandon de l’ »inerrance historique ».

 

Le plus nuancé est certainement Henri Blocher

« Parmi les défenseurs de l’inerrance, l’image catastrophique des dominos tombant inexorablement jusqu’au dernier, de la foi entièrement ruinée quand l’inerrance est remise en cause, s’impose à l’imagination de plusieurs. Mais d’autres inerrantistes font preuves de plus d’optimisme et de plus d’indulgence pour l’erreur sur ce point doctrinal ; ils ne sont pas prêts pour lui à la séparation. En fait, l’expérience montre que les individus (les institutions plus rarement) peuvent souvent rester fidèles aux autres articles de l’orthodoxie évangélique quand ils ont abandonné l’inerrance. Mais logiquement cette décision ne peut passer pour secondaire en importance : elle affecte de principium cognoscendi externum, le « juge des controverses » dans l’Eglise, le critère suprême de la pensée chrétienne. Il ne faudrait pas se payer de mots ou de « bons sentiments » : dès qu’on admet la possibilité d’erreurs dans l’Ecriture, on pose ipso facto un autre critère que l’Ecriture (critère indispensable pour reconnaître l’erreur, nécessairement présent dans la désignation de l’erreur : méthode historico-critique, raison scientifique, phénoménologie, etc). On touche par là à la discipline en matière doctrinale. La métaphore bien ajustée n’est pas pour nous celle des dominos, mais celle de la place forte près de la frontière du pays : son importance est stratégique ; en temps de paix, il est permis de ne pas s’en soucier, il n’est pas trop grave qu’elle se délabre ; mais vienne la contestation, la perte de la citadelle rend difficile de résister aux envahisseurs.

Dans notre situation, l’effet visible immédiat de l’adoption de l’infaillibilité-inerrance concernera le traitement critique de la Bible tel qu’on le pratique depuis le siècle des Lumières. » Inerrance et herméneutique

 

Donc pour HB, il n’y a pas de danger mortel dans le renoncement à l’inerrance historique, mais danger tout de même. La question de fond est celle du concordisme historique et scientifique dans les Ecritures. Comme le fait remarquer Denis Lamoureux, de façon inconsciente, nous utilisons nos connaissances scientifiques modernes en les projetant sur le texte pour l’interpréter.

 

A partir du moment où j’ai pris conscience du fait que mes connaissances scientifiques modernes modelaient ma façon de lire le texte, et que j’ai reconnu qu’il avait été écrit avec une ancienne conception du cosmos, j’ai « posé ipso facto un autre critère que l’Ecriture » pour l’interpréter. Je ne vois aucune raison valable de ne pas étendre ce principe à l’histoire dans la Bible.

 

Le prix à payer peut donc paraître élevé pour le chrétien qui renonce à ce principe de l’inerrance historique. J’y ai pourtant trouvé bien plus d’avantages que d’inconvénients.

 

Le premier avantage est de ne plus vivre dans cette schizophrénie entre ma foi dans la Parole de Dieu et les découvertes des historiens et des archéologues en ce qui concerne Genèse 1-11 par exemple (l’origine des langues ou des nations, l’étendue du déluge…). La révélation de Dieu dans ces œuvres par la science retrouve tout son intérêt dans une démarche indépendante des données du texte biblique.

 

Par voie de conséquence, l’ignorance a priori des conclusions produit une jubilation et une curiosité familières de ceux qui ont participé à une activité de recherche. C’est ce qu’exprime si bien J.L. Ska

« Le troisième outil que le lecteur aura soin de mettre dans son sac à dos avant le départ c’est une bonne dose de goût de la découverte, d’une certaine curiosité intellectuelle et spirituelle, du goût d’explorer des territoires inconnus et de traverser des régions complètement nouvelles. Certes, cela implique aussi la capacité de mesurer les dangers et de calculer les risques, tout en se disant que celui qui craint les risques ne pourra jamais savourer le sel d’une aventure intellectuelle qui en vaille la peine. « Celui qui veut conserver sa propre vie la perdra », dit l’évangile qui ajoute : « Celui qui la perd pour moi la retrouvera ». Celui qui n’est pas prêt à perdre ses apparentes garanties et ses assurances faciles ne pourra goûter au vrai banquet qu’offre la lecture attentive des Ecritures. »

 

Je ne résiste pas à vous faire partager la suite de ce texte

« Ce goût pour l’aventure comporte un autre élément : la gratuité. Celui qui veut découvrir ne doit pas chercher immédiatement à exploiter sa découverte. Si quelqu’un se demande à tout bout de champ : « A quoi cela sert-il ? » et s’intéresse uniquement à ce qui peut être immédiatement utile, pour sa propre vie spirituelle, pour son activité pastorale ou même son enseignement, il vaut mieux qu’il reste chez lui…

L’aventure est ouverte…à celui qui veut comprendre « gratuitement » parce que c’est une joie, un « véritable plaisir » de découvrir le sens d’un texte biblique, de pouvoir corriger des visions partielles et dépassées, de pouvoir approfondir le sens de sa propre foi et des idéaux d’une communauté chrétienne…L’amour, dit Bernard de Clervaux est à lui-même sa propre récompense. Nous dirons la même chose de l’effort de l’intelligence droite, loyale et honnête.

 

Enfin, il sera fort utile au voyageur de faire ample provision de confiance. Confiance en la Parole de Dieu, en Dieu lui-même et dans le « sens de la foi » qui est le patrimoine de la communauté des chrétiens et de l’Eglise de Dieu. « Cherchez et vous trouverez », dit encore l’évangile. Celui qui cherche la vérité ne pourra pas être déçu et, ajoute l’évangile de Jean, « la vérité vous libérera ». Celui qui s’aventure dans le monde de l’exégèse sait que certaines convictions assez communes peuvent être secouées. Il sait que des opinions qui semblaient intouchables ou inébranlables se révèlent subitement fragiles. Mais la vraie foi est une recherche permanente. Elle ne peut être confondue avec des certitudes immuables ou des formulations qui, de toute manière, ne peuvent jamais épuiser le contenu de l’expérience en général et de l’expérience de foi en particulier. Si notre Dieu est le Dieu de la vérité et le Dieu de la liberté, rien d’essentiel ne peut être perdu lors du voyage. Que chacun se rassure donc. Nous pouvons tout au plus perdre ce qui est devenu inutile ou qui l’était depuis longtemps. La foi ne peut que se fortifier par cet exercice de lecture rigoureuse et par cette recherche de la vérité solide. Notre foi est comme notre corps. Elle a besoin d’exercice pour se fortifier. Si elle manque d’exercice, la foi, comme le corps, s’affaiblit. Un des exercices qui consolide la foi est celui d’affronter avec franchise et sérénité les questions que lui adresse le monde scientifique et technique d’aujourd’hui. » Les énigmes du passé

 

Pour conclure et reprendre l’image d’Henri Blocher qui considère l’inerrance historique comme une « forteresse » à défendre, j’ai le profond sentiment que ma culture évangélique (qui comporte plein d’autres avantages) m’avait rempli d’une crainte concernant tout ce qui se trouvait à l’extérieur de cette « forteresse ». Depuis que j’ai entrepris d’explorer ses alentours, j’ai au contraire pris conscience d’un domaine, non pas exempt de dangers, mais par-dessus tout passionnant à découvrir!


Navigation dans la série<< La Bible et l’histoire (3) : un regard critique ?
La Bible est-elle un livre d’Histoire ? (5) >>

3 Commentaires

  1. Bruno Synnott jeu 13 Sep 2012 Répondre

    Place aux aventuriers qui veulent demeurer en dialogue avec les explorateurs de chaque époque. Et qui, soumettant tout à Jésus-Christ, n’ont pas peur d’oser, quitte à redresser le cap s’ils errent un peu!

  2. Drely lun 29 Jan 2018 Répondre

    Dire que la bible ( les livres ) est infaillible est une hérésie . Seul le pape l’est !
    Je plaisante, mais quand même , le Seul qui soit infaillible est…..Dieu.
    Et si Dieu n’est pas un livre ,un livre ne sera jamais Dieu .
    En appelant la bible  » Parole de Dieu  » nous sacralisons voire deifions un objet , de là à parler d’idolatrie il n’y a qu’un pas que je ne franchirai néanmoins pas.
    De plus quand on parle de la bible de laquelle parle-t-on ? Les 66 livres, les 73 ?
    Et que fait-on des textes qui sont rentrés de justesse dans le canon avec beaucoup d’hésitations : livre d’Esther, épître de Jude , Jacques , Hebreux , Apocalypse de Jean’…..
    Je comprend la position d’Henri Blocher, lorsqu’il y a péril il est bon de pouvoir se raccrocher à des dogmes, cela cimente l’unité, la cohésion et ce quelque soit le dogme: certains peuvent se sentir rassurés par l’immaculée conception , la transsubstantiation, la Patrie soviétique, le père Noël, cela ne fait pas pour autant de ces dogmes des vérités.
    Si qualificatif de Parole de Dieu il faut donner , il me semble incontestable, comme Jean le déclare, de l’attribuer à Jésus ‘et à Lui seul.
    Cela étant dit il est tout autant incontestable de déclarer que la Bible contient des paroles , des oracles, des sentances , des sentiments, des attentes, des souffrances de Dieu et le meilleur moyen de les connaître est encore …. de les decouvrir dans la Bible.
    Mais il y a aussi des paroles d’hommes, des avis personnels, des interprétations, des conceptions que l’on peut difficilement attribuer à Dieu: quand Paul demande à ce qu’on lui rapporte son manteau oublié, il ne me semble pas que ce soit une parole très inspirée , lorsqu’il demande que les femmes se taisent dans l’assemblée ou se voilent, il se fait plutôt le porte parole de coutumes de l’époque et si ce n’est pas le cas il faut absolument que nos églises réimposent à nos soeurs une saine et évangélique discipline paulinienne.
    Nous sommes héritiers de Luther ( en tout cas pour moi) et nous lui sommes infiniment reconnaissants du coup de projecteur qu’il a su remettre sur les Textes mais ce n’est pas une raison pour faire d’eux des icônes intouchables ou des sourates divines dont l’autorité ne peut être remise en cause sans craindre une Fatwa.
    Heureusement dans nos églises évangéliques très fraternelles nous ne courons pas ce risque, tout au plus serons-nous considérés comme d’affreux déviants dont il faut se méfier comme de la peste bubonique et en une autre époque un tel agitateur aurait été crématisé place de Grève, mais de nos jours plus de soucis, grâce aux normes antipollution l’écobuage est prohibé en ville.
    Une autre chose me surprend : toutes les confessions de foi que j’ai pu consulter, et la vôtre ne fait pas exception à la règle, placent en première position « la Bible Parole infaillible de Dieu à l’autorité incontestable » , Jésus n’apparaissant qu’en 2éme ou 3éme position du Credo ; je pensais naivement que le Christocentrisme était fondamental pour la foi chrétienne mais non , le texte semble avoir conquis au fil du temps la primeur de notre vénération; nous serions donc ,à l »instar des Juifs et des Musulmans, une religion du Livre et non pas de l’Incarnation ?
    Je rappelle quand même que les Pharisiens ,qui n’étaient pas tous d’affreux hérétiques, avaient les Livres et c’est d’après ces Livres qu »ils ont fait crucifier un dangereux blasphémateur qui se prétendait Dieu et qui s’appelait…….Jehoshua .
    C’est par les mêmes textes infaillibles qu’ils s’apprêtaient à lapider la femme adultère sur un commandemant de Yaweh que Jésus semble abroger.
    Je sais qu’on me rétorquera que Jésus n’a rien abrogé et que : « pas un iota ….etc « , alors, si c’est le cas, courons vite nous faire circoncire .
    Comme nous le dirait , avec raison, ce cher Paul de Tarse : « la Lettre tue mais l’Esprit vivifie » . J’ai parfois le sentiment que nous tuons l’Esprit au profit de la lettre.
    Fraternellement.

    • Marc Fiquet lun 29 Jan 2018 Répondre

      Bonjour Drely, Merci pour ton commentaire et bravo car il se démarque de la moyenne et va plutôt dans le bon sens pour nous :-D

      qq remarques :
      1. ce n’est pas NOTRE confession de foi mais celle du CNEF qui regroupe 70% des évangéliques de France et dans laquelle nous pouvons nous retrouver comme définition d’une base puisqu’il faut bien donner de la visibilité à nos visiteurs, les étiquettes ce n’est pas notre data, mais la plupart des membres de l’association sont de cette sensibilité d’église.

      2. tout à fait d’accord avec toi, le protestantisme et donc l’évangélisme n’est pas une religion du livre, je ne pense pas que le CNEF ait fait une liste de priorité, il n’y a pas de numéro, mais des puces à cette liste. La bible n’est pas plus que le Christ. Et la Parole ce n’est pas la Bible elle-même mais c’est bien le Verbe qui est le Christ. Et si bc d’évangéliques sont tombés dans la bibliolâtrie, Je ne pense pas que nos articles ni même la confession de foi du CNEF y conduise car l’infaillibilité des Ecritures est reliée ici non pas à la science ou à l’histoire mais à la foi et la vie et ça nous va très bien !

      voir par exemple cette petite série : http://www.scienceetfoi.com/faut-il-prendre-position-pour-la-bible-avant-quil-ne-soit-trop-tard/

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*