Astronomie, création et physique quantique sous 4 regards différents

Posté par Marc Fiquet
Print Friendly, PDF & Email

Nous poursuivons la lecture passionnante du livre du physicien théologien Ian Barbour « Quand la science rencontre la religion ».

Le dernier article détaillait les 4 types de rapports que nous pouvons avoir entre la science et la foi, ils sont résumés dans la première ligne du tableau ci-après qui veut synthétiser sous forme matricielle les réponses apportées par chaque point de vue sur les questions qui correspondent aux chapitres du livre  :

  1. Science et religion : ennemies, étrangères ou partenaires ?
  2. Au commencement : pourquoi le big bang s’est-il produit ?
  3. Physique quantique : un défi pour nos présomptions sur la réalité ?

Un prochain article poursuivra avec 3 autres questions.

Pour bien saisir l’approche de l’auteur, il ne faut pas voir ces catégories comme une sorte de progression du nul vers l’absolu, mais plutôt un état des lieux des différents points de vue qui peuvent s’exprimer sur ces sujets. Bien entendu le théologien ne plaidera jamais la cause du conflit, mais un équilibre des trois autres positions selon les contextes des questions posées.

Dans un souci de concision, l’avis de l’auteur n’est pas toujours reporté dans cette synthèse, j’invite nos lecteurs en recherche d’une analyse plus fine et exhaustive à se procurer sans attendre cet ouvrage instructif et de référence.

 

 

1. Quatre visions de la science et de la religion

CONFLIT

On trouve d’un côté les littéralistes bibliques qui refusent de reconnaître l’évolution comme une explication recevable de l’univers et de la vie, de l’autre des matérialistes athées revendiquant une incompatibilité de toute forme de théisme avec la science de l’évolution.

INDEPENDANCE

La compartimentation n’est pas motivée simplement par le désir d’éviter des conflits inutiles, mais aussi par un souci de fidélité au caractère distinctif de chaque aspect de la vie et de la pensée.

DIALOGUE

nous ne pouvons nous contenter de regarder la science et la foi comme des langages sans aucun rapport dès lors que ces langages parlent du même monde.

Le dialogue consiste à travailler sur les questions qui se posent aux frontières de la science et d’observer les similitudes méthodologiques qui peuvent exister avec l’approche religieuse.

INTEGRATION

Trois approches théologiques ou philosophiques plaident pour une forme de partenariat plus étendue et plus systématique entre la science et la foi que ne le propose le dialogue :

La théologie naturelle, la théologie de la nature et celle du processus.

Il faudra particulièrement veiller ici à ne pas s’évertuer à faire entrer de force dans un système intellectuel bien défini un domaine aussi riche et complexe que celui de l’existence humaine !

2. Astronomie et création

CONFLIT

Le matérialisme scientifique prétend que l’univers est né du hasard. Des modèles spéculatifs (multivers) ou souvent extrapolés (fluctuations du vide quantique) viennent à l’appui de cette vision des choses.

L’acharnement de certains scientifiques croyants à chercher de la science moderne dans les Ecritures (relativité, théorie des supercordes, etc…) pose plus de problèmes qu’il n’en résout.

INDEPENDANCE

Les récits de la création de Genèse délivrent un message spirituel (un monde créé par et pour Dieu) mais véhiculé par une vision cosmologique en cours à l’époque de leur rédaction. Il n’y a donc pas lieu de chercher dans ces récits de la science moderne. Le sens théologique qui se dégage part de l’émerveillement et de la gratitude de la vie, il s’accommode autant d’une science ancienne que moderne.

DIALOGUE

L’intelligibilité du cosmos est telle, qu’une théorie unifiée de la physique devrait voir le jour. La conviction que le cosmos est intelligible a des racines grecques et bibliques. Un monde créé reçoit sa propre réalité indépendante, distincte du Dieu transcendant.

Einstein parlait d’une « foi profonde dans la rationalité du monde » sans toutefois adhérer à l’idée d’un Dieu personnel. Dans un cadre théiste, le présupposé scientifique trouve cependant une explication dans le fait que Dieu est le point de convergence de la rationalité dans nos esprits et dans le monde.

La contingence du cosmos telle que la science la décrit amène à des questions limites à laquelle elle ne peut elle-même pas répondre telle que : « pourquoi y-a-il quelque chose plutôt que rien ? »

INTEGRATION

Le principe anthropique relève que notre univers possède des paramètres arbitraires qui coïncident très exactement avec les conditions nécessaires à l’apparition de la vie. L’ajustement précis des constantes physiques est exactement ce qu’on attendrait d’un Dieu rationnel dont l’objectif serait d’engendrer la vie et la conscience.

En science, plusieurs modèles cohabitent parfois pour décrire une même réalité, comme les modèles ondulatoire et corpusculaire pour l’électron par exemple.

Il en est de même en théologie ou plusieurs modèles du Dieu créateur peuvent être tirés de la Bible : Artisant, potier, Seigneur, Père, Esprit, Verbe divin… Chaque attribut présente des résonances étonnantes avec la vie cosmique, sociale et individuelle.

La place de l’humanité à la lumière de la cosmologie moderne :

L’immensité de l’espace-temps, hasard et finalité… Tous ces thèmes trouvent des explications compatibles dans le cadre d’une théologie de la nature qui sait revoir certaines doctrines traditionnelles à la lumière des découvertes de la science. En se gardant toutefois de lier irrévocablement des convictions religieuses à une quelconque théorie.

3. Implications de la physique quantique

Les scientifiques sont partagés sur les explications liées à l’incertitude quantique. Depuis Heisenberg, le sentiment qui domine est que la nature serait fondamentalement indéterminée.

CONFLIT

Avec les découvertes et le formalisme de Newton puis de Laplace, se brosse un monde déterministe régi à la manière d’une grande horloge. Certains philosophes des lumières s’emparent de la science pour évacuer Dieu de la scène, les équations remplacent les explications miraculeuses qui étaient alors données au fonctionnement de l’univers.

Les philosophies matérialistes modernes ont opposé le hasard et l’aléatoire de l’indéterminisme quantique à l’intention divine.

La théologie propose 2 réponses à l’indétermination quantique :

  1. Dieu pourrait être à l’origine des choix des particules sans violer les lois naturelles. Il correspondrait en qq sorte aux variables cachées que certains scientifiques comme Einstein voulait ajouter à cette physique pour la rendre déterministe. Mais la variable étant Dieu lui-même ne serait pas locale et ne pourrait donc pas s’assimiler à un niveau pus profond de lois déterministes encore à découvrir.
  2. La loi et le hasard émanent d’un plan divin, le hasard joue un rôle constructif positif. Il y a bien un dessein divin mais avec un plan permettant certaines latitudes.

INDEPENDANCE

L’instrumentalisme est une démarche qui conçoit  l’utilité des modèles et théories humaines en soulignant leur incapacité à décrire objectivement la réalité du monde. Appliquée à la physique quantique, il s’appuie sur le constat fait par Bohr qu’entre 2 observations, nous ne pouvons absolument rien dire de l’atome.

L’interaction inévitable avec l’observateur fait que la réalité nue échappe indéniablement, le monde quantique révèle une limitation conceptuelle fondamentale des connaissances humaines.

Certains théologiens font l’analogie avec notre connaissance de Dieu. La science et la religion sont vues comme 2 langages différents qui opèrent dans des fonctions différentes et révèlent la même limite à accéder à la réalité en soi.

La complémentarité des modèles ondulatoire et corpusculaire de la physique quantique a été étendue par certains pour montrer l’indépendance et la complémentarité entre la science et la foi, dépassant ainsi l’analogie de Bohr qui  avait émis l’idée d’étendre la complémentarité à d’autres disciplines : modèles mécaniques et organiques en biologie, libre arbitre et déterminisme en philosophie, justice divine et amour divin en théologie.

En réponse à l’instrumentalisme, le réalisme critique vient équilibrer ce point de vue en reconnaissant les limites des modèles théoriques, mais en soutenant qu’ils se rapportent au monde réel. Et si la science et la religion évoquent ce même monde, il doit y avoir des opportunités de dialogue plus évidentes.

 

DIALOGUE

Ici, la physique quantique offre des parallèles conceptuels à des idées qui relèvent des convictions religieuses. Le rôle de l’observateur en physique quantique est très particulier car le résultat de l’expérience en dépend – la réalité nue semble ainsi lui échapper. En relativité, le cadre de référence de l’observateur joue également un rôle fondamental. Une transposition dans le domaine de la foi soulignerait que la connaissance n’est possible que par la participation et que si nous pouvons nous interroger sur notre relation avec Dieu, nous ne pouvons pas dire grand-chose de la nature intrinsèque de Dieu.

L’holisme*  de la physique quantique récuse le réductionnisme s’appuyant sur la physique classique. Un système atomique ne peut être défini comme étant la somme des propriétés de ses sous-systèmes. Par exemple, un atome d’hélium forme un ensemble sans parties distinctives, sa fonction ondulatoire n’est pas du tout les sommes des fonctions ondulatoires des deux électrons qui le composent.

Ajoutez ici, la fonction de non localité de la nouvelle physique et vous découvrez que le monde ne s’explique aucunement par une approche réductionniste.

Certains, comme le proposera Jean Staune en extrapolant sur des expériences liées à l’intrication quantique, voudraient y voir une preuve d’une réalité supérieure au monde physique et pour ainsi dire de l’existence de Dieu. L’auteur de ce livre reste lui plus prudent au regard de la complexité et du niveau très controversé des rapports entre les théories quantiques et de la relativité, même si nous tenons là des arguments puissants qui réfutent le réductionnisme.

 

*Le holisme se définit globalement par la pensée qui tend à expliquer un phénomène comme étant un ensemble indivisible, la simple somme de ses parties ne suffisant pas à le définir. De ce fait, la pensée holiste se trouve en opposition à la pensée réductionniste qui tend à expliquer un phénomène en le divisant en parties. (WIKIPEDIA)

INTEGRATION

Plusieurs ouvrages ont proposé une intégration systématique de la physique contemporaine avec le mysticisme oriental.  Sur la base qu’elles reconnaissent toutes deux les limites de la pensée et du langage humain.

Des parallèles sont établis entre différentes caractéristiques de la physique quantique et le taoïsme ou le bouddhisme.  La dualité onde/particule par exemple, rappelle la polarité ying/yang.

Une des limites de ces comparaisons reste cependant le fait qu’elles se focalisent sur les similitudes en ignorant les différences souvent importantes. De plus les similitudes sont tirées de contextes radicalement différents. D’autre part, certaines vues qui semblent acquises comme un bloc espace/temps statique et intemporel ne font pas consensus, certains scientifiques traduisent la relativité en termes de temporalité de l’espace plutôt que comme ici, une spatialisation du temps.

Un autre exemple d’intégration consiste à voir Dieu agir au niveau de l’indétermination quantique. La « réduction du paquet d’ondes » célèbre en physique quantique, émanerait de l’action de Dieu et non pas de l’observateur mais sans violation des lois naturelles.

Cependant, l’auteur fait remarquer que l’attribution systématique de l’indétermination quantique à Dieu, ne laisse guère de place à la liberté humaine et mènera à adopter le modèle théologique de la prédestination. D’autre part si Dieu ne fait qu’agir au niveau le plus bas, cela rejoint une explication  réductionniste du monde en profonde contradiction avec la science elle-même !

Le physicien théologien Robert Russel propose une alternative plus équilibrée où Dien influerait seulement sur certains évènements quantiques et agirait aussi à des niveaux supérieurs comme cause descendante. Cette vision des choses, autorise l’intervention du hasard, des lois et de l’action de Dieu dans le monde quantique. Dans ce cas une intervention de Dieu ne violant pas les statistiques de la théorie quantique, elle ne serait pas détectée par la science.


Navigation dans la série<< Quatre façons de concevoir les rapports entre science et foi
Evolution et création continue sous 4 regards différents >>

12 Commentaires

  1. thewild mar 01 Sep 2015 Répondre

    Merci pour cette article résumant bien les différentes position.
    Une petite remarque concernant la mécanique quantique et la position conflicutelle :
    « Dieu pourrait être à l’origine des choix des particules sans violer les lois naturelles. Il correspondrait en qq sorte aux variables cachées que certains scientifiques comme Einstein voulait ajouter à cette physique pour la rendre déterministe. »
    Il me semble que cette éventualité a été réfutée par la violation des inégalités de Bell, notamment lors de l’expérience menée par Alain Aspect.

    • Auteur
      Marc mar 01 Sep 2015 Répondre

      Merci Thewild pour cette remarque pertinente, j’ai complété la phrase pour moins d’ambigüité, c’est un des risques des résumés, j’ai un peu estropié la pensée de l’auteur..

      Il fallait voir l’accent sur le « en qq sorte ».
      Dans la partie intégration, Barbour résume cette position par :

      cette hypothèse n’est pas incompatible avec les théories physiques actuelles. Dieu serait l’ultime « variable cachée » non locale.

      Donc pas de contradiction apparente avec les inégalités de Bell qui s’appliquent à réfuter un modèle supposant des variables cachées au niveau local.

      • thewild lun 07 Sep 2015 Répondre

        Merci pour cette précision Marc.
        En effet, ce que les expériences ont invalidé, ce sont les théories à variables cachées locales et causales.
        Les théories à variables cachées non locales ou non causales restent possibles. J’avais oublié ce « détail » qui a pourtant toute son importance.

  2. rodolphe mar 01 Sep 2015 Répondre

    C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance de la suite des aventures.
    Quelques petites remarques tout de même.

    Point 1. Quatre visions de la science et de la religion – le dialogue
    « La science et la foi, ces langages parlent du même monde. »
    Pas tout à fait d’accord. Il serait plus adéquat de reconnaître que la science étudie le monde tel qu’il nous apparaît et que la foi nous parle d’un monde en « réalité augmentée »
    On ne parle plus tout à fait du même monde, non ?

    Point 2. Astronomie et création – le dialogue :
    « Dieu est le point de convergence de la rationalité dans nos esprits et dans le monde »
    Oui, la « rationalité » est parfois surprenante. Elle nous permet de concevoir ce qui n’existe pas, des « non choses », comme par exemple le néant ou encore de comprendre comme une « cause » du fait d’être ce qui en fait n’est qu’une « conséquence » du fait d’être, je veux parler de la notion de transcendance. Eh oui, l’être est la condition nécessaire pour la notion de transcendance et ce concept ne survit que parce qu’il y a de l’être. Sans être, plus de transcendance.
    « La science ne peut pas répondre à une question telle que : « pourquoi y-a-il quelque chose plutôt que rien ? »
    Exact, mais si comme je l’évoque ci-dessus, la notion de transcendance n’est envisageable que relativement à l’existence, on peut légitimement convenir que la question est mal posée.
    Ne devrait-on pas plutôt poser la question en ces termes:
    « Pourquoi la notion de transcendance semble s’imposer légitimement à nos esprits ? »

    Point 3. Implications de la physique quantique – le dialogue :
    « Le holisme de la physique quantique récuse le réductionnisme »
    Attention à ne pas opposer le holisme ontologique et le réductionnisme méthodologique.
    L’un ne récuse pas l’autre et les deux travaillent souvent ensemble.
    Cette problématique ne concerne d’ailleurs pas la mécanique quantique mais tous les systèmes dynamiques où le principe d’émergence apparaît.

    Point 3. Implications de la physique quantique – Intégration :
    « La réduction du paquet d’ondes, célèbre en physique quantique, émanerait de l’action de Dieu et non pas de l’observateur mais sans violation des lois naturelles.
    Voilà une interprétation digne du Dessein intelligent. Quand on ne comprend pas, c’est Dieu !

    • Auteur
      Marc mer 02 Sep 2015 Répondre

      @Rodolphe

      POINT 1 :
      Ben non, ça c’est la vision de la deuxième colonne (indépendance Science et foi) mais tu progresses, t’as quitté la première case ;-) Ici on parle de dialogue, on constate que le sujet adressé est bien le même : le monde de l’homme.
      Simplement il est vu de 2 points de vue différents et complémentaires ; pour une vue globale, il faut les deux.
      C’est comme la fameuse question : « Pourquoi l’eau bout elle dans la bouilloire ? »
      – parce que le mouvement des électrons dans la résistance provoque un échauffement transmis aux molécules d’eau
      – pour me servir un bon thé

      Les 2 réponses sont justes et complémentaires se référant au même monde initial.

      POINT2 :
      Question mal posée ? C’est peut être un peu prétentieux face au curriculum de Leibniz non :-? ?
      Et la 2eme question ne me semble que « reculer pour mieux sauter »

      POINT3 :
      T’inquiète Rodolphe, ici c’est bien le réductionnisme ontologique qui se trouve récusé avec ses présupposés métaphysiques.

      POINT3
      (Il en bégaye !)
      Ça me semble plus subtile que ça, ça pourrait être vu comme une invention de Dieu pour agir incognito !..
      Je préfère les objections de Barbour qui montrent les limites philosophiques de cette supposition et la position plus modérée de Russel sur ce modèle mais pour laquelle il faut admettre l’existence de Dieu, puisqu’on réfléchit à sa manière d’agir…

      • rodolphe (posta01) mer 02 Sep 2015 Répondre

        Bonsoir Marc,
        Point 1.
        j’exprime simplement le fait qu’un dialogue science/foi aboutit nécessairement à des chevauchements de catégories.
        On en vient à assimiler teleonomie et teleologie, à considérer le hasard y compris quantique comme des outils pilotes par une transcendance, etc…
        Bref on en arrive a considerer ce que j’appelle une réalité « augmentee »

        Point 2.
        Question mal posée ?
        Eh bien je t’invite à me montrer la faille dans mon raisonnement.

        Point 3.(dialogue)
        Je ne comprends pas ton insistance sur ce point. Les phenomenes émergents sont au coeur de la recherche, non ?
        Ou est le pb ?

        Point 3. (Integration)
        Dieu… Agir incognito ?
        Pourquoi nous cacherait – il des trucs ? Il ne saurait mentir, non ?
        Même par omission

        Pour info, après avoir écouté la discussion « autour des sciences » organisée par Étienne Klein et à laquelle était invité Paul Clavier, j’ai contacté ce dernier qui a eu l’amabilité de me répondre.
        Deux precisions de sa part.
        1. Il défend sans reserve le NOMA de Gould.
        2. La question métaphysique « Pourquoi existe-t – il quelque chose plutôt que rien » ne se soucie pas d’intentionalite mais demande seulement si il est concevable que l’univers soit (je cite) self – existant.
        A+

      • rodolphe jeu 03 Sep 2015 Répondre

        Salut Marc,

        Juste une précision sur ta réponse.
        (Point 1. Quatre visions de la science et de la religion – le dialogue)
        Ton analogie de l’eau qui bout dans la casserole (la bouilloire pour être exact) va me donner l’occasion de préciser ma pensée.
        A première vue, effectivement, tout semble cohérent et nous invite à considérer les deux causes avec une même valeur de vérité.
        Pourtant, en grattant un peu, on constate qu’il y a amalgame entre deux modes causaux: la nécessité et la possibililté, je m’explique.
        Tu évoques une cause possible (se faire du thé) mais tu en zappes plein d’autres comme par exemple se faire du café, faire cuire des pâtes, désinfecter des instruments chirurgicaux ou encore laver les carreaux. (quoique dans ce dernier cas, j’aurais personnellement utilisé un nettoyeur vapeur, mais bon !)
        Toutes ces possibilités sont valables, complémentaires à la première explication (l’agitation des molécules) et font effectivement référence au même monde initial (si on considère un sujet intentionné faisant partie de ce monde)
        Pourtant, aucune de ces causes n’est à la fois nécessaire et suffisante.
        Or, la science ne se prononce que sur des causes nécessaires et suffisantes, raison pour laquelle elle est athée dans ses interprétations. (sans Dieu et pas contre Dieu)
        Ici, la seule cause qui soit à la fois nécessaire et suffisante, c’est l’agitation des molécules.
        Cette explication scientifique n’empêche effectivement pas l’amateur de thé, El Gringo (l’amateur de café), Monsieur Spaghetti, l’assistant du chirurgien ainsi que Maria Dolorès (la femme de ménage) de considérer une approche hollistique (non réductionniste) mais dans ce cas, lequel de ces différents expérimentateurs à raison ?
        Voilà pourquoi j’utilise l’expression de « réalité augmentée » à propos de la vision théiste.
        Parce qu’elle implique un agent à la fois ni nécessaire ni suffisant.
        A+

  3. Isabel Fesser mer 02 Sep 2015 Répondre

    Merci. Très prise la semaine dernière à cause de la Conférence Internationale sur le TCA Traité sur le Commerce d’Armes et, Je lis aujourd’hui, avec intérêt, cet article qui, à mon avis, correspond pleinement à Sc. & Foi.
    Excusez-moi de donner une pensée bien simple. Dès fois en basse forme…je me plonge dans la physique et je m’évade, comme lorsque je joue le piano…ou j’écoute de la musique, presque n’importe laquelle …..Dieu est là (?) Avec Socrates je dis « tout ce que je sais c’est que je ne sais rien » (et l’on dit, qu’en regardant autour de lui il ajouta) « et vous non plus » .
    Les disciples demandent à Jésus « Montre nous le Père et ça nous suffit » –« …Celui qui me voit voit le Père ».
    Y-a-t-il un autre moyen de « voir » le Père?
    Sans doute, beaucoup d’entre-nous, nous avons « l’expérience de la présence de Dieu ». Nous pouvons en parler mais, est-ce-qu’il y a des mots pour l’exprimer?…
    …………………

    • Auteur
      marc mer 02 Sep 2015 Répondre

      Oui Isabel, de nombreux physiciens auront confié leur sentiment d’admiration et d’adoration face aux merveilles du cosmos… La Biologie semble moins propice à fournir des épanchements mystiques… A en croire les statistiques en tout cas (je n’ai plus l’étude en tête) les Biologistes croyants se font beaucoup plus rare qu’en physique…

      Reste à savoir si ce sont des croyants qui choisissent leur profession ou certains corps de métiers qui seraient plus propices à l’éveil spirituel…

  4. Isabel Fesser mar 08 Sep 2015 Répondre

    je voudrais remercier Rodolphe. Vous m’avez emmenée à « rentrer » dans dans le domaine de la Philosophie.
    Au début je vous trouvais « barroque ». A présent, grâce aussi à Marc qui sait dialoguer…ce qui n’est pas évident, j’apprends: je cherche la signification des mots les racines grèques, l’origine de l’emploi de certaines expressions…C’est très intéressant MERCI!

    • rodolphe mar 08 Sep 2015 Répondre

      Merci pour ce sympathique commentaire.
      Donc, bonnes balades dans le monde de l’esprit…

  5. Isabel Fesser ven 06 Nov 2015 Répondre

    Juste une « surprise ». Rodolphe, j’aime vos rapides réflexions qui font réagir …c’est un amusant ping-pong.
    Je « copie et colle » une partie de votre réponse du 3 sept…que je viens de lire!!! oui je suis en retard…

    « Cette explication scientifique n’empêche effectivement pas l’amateur de thé, El Gringo (l’amateur de café), Monsieur Spaghetti, l’assistant du chirurgien ainsi que Maria Dolorès (la femme de ménage) de considérer une approche hollistique (non réductionniste) mais dans ce cas, lequel de ces différents expérimentateurs à raison ?

    ==>Un seul nom de femme…espagnole et femme de ménage….!!!!
    Là…vraiment …sans commentaire…!!!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*