Alexandrie et les sources du Nil

Posté par Antoine BRET
Print Friendly, PDF & Email

 

La ville d’Alexandrie, en Egypte, fut fondée en 332 av JC par Alexandre le Grand. Elle se trouve à l’ouest du delta du Nil. Le Nil est connu depuis des millénaires et se trouve être l’un des lieux souvent cités dans la Bible.

Alexandrie, donc, ça fait longtemps qu’on sait où ça se trouve. La source du Nil, en revanche, fut l’objet d’intenses recherches jusqu’au XIX siècle. Si j’en crois Wikipedia, Grecs et Romains ne parvinrent jamais à la localiser, au point qu’un poète du premier siècle écrivait

 La nature a jeté sur ta source un voile / Qu’elle n’a permis à aucun peuple de lever

Le lieu de la source fut l’objet d’un débat pendant des siècles. Le fait que le Nil soit en fait l’union du Nil bleu et du Nil blanc ne simplifiant pas les choses. Le Nil blanc part du lac Victoria, tandis que le bleu prend sa source en Ethiopie, la jonction se faisant au Soudan, au niveau du 15eme parallèle environ.

L’explorateur anglais John Speke atteignit le lac Victoria en 1858, pensant avoir trouvé la source du Nil. Beaucoup jugèrent à l’époque que la question n’était pas tranchée, puisque Speke était parvenu au lac sans remonter la rivière. Ce n’est qu’en 1871 que Stanley trancha apparemment la question en apportant la preuve que le lac découvert 13 ans auparavant était bien la source du Nil. C’est au cours de cette même expédition qu’il aurait rencontré Livingstone et lancé cette phrase demeurée célèbre

Dr Livingstone, je présume ?

Il aura ainsi fallu des millénaires pour découvrir la source du Nil. Pendant tout ce temps, tout le monde savait où était Alexandrie, et la découverte de la source du fleuve n’y a rien changé.

 

Où veux-je en venir ? J’ai récemment discuté avec un internaute qui pensait que la datation astronomique du cosmos supérieure à 6 000 ans, était remise en question par le débat sur l’inflation. Vous avez dit inflation ? Il s’agit d’un modèle cosmologique de l’évolution de l’univers dans sa première fraction de fraction de fraction de seconde. Un modèle actuellement au cœur d’un débat intense entre spécialistes, avec ses partisans, ses opposants et ses spectateurs (comme moi). Un sujet sur lequel les observations (du FDC, par exemple) permettront peut-être un jour d’atteindre un consensus, mais qui est pour le moment en pleine ébullition, à l’instar de n’importe quelle problème encore incompris en physique. L’inflation, c’est la source du Nil avant le XIX siècle.

La datation astronomique du cosmos supérieure à 6 000 ans, c’est Alexandrie. Ce site regorge d’articles qui l’expliquent. Inflation ou pas, les milliards de milliards d’étoiles distantes de plus de 6 000 années lumières sont bel et bien là. Elles existent. Et il a bien fallu plus de 6 000 ans pour que leur lumière nous parvienne.

 

On n’a pas besoin de comprendre tous les détails du Big Bang pour savoir comment était l’univers il y a 10 millions d’années. Il suffit de regarder. Qu’elle soit juste ou pas, l’inflation ne va pas plus ramener l’univers à 6 000 ans, que la découverte des sources du Nil n’allait transporter Alexandrie au Japon.

Bien évidemment, le parallèle peut s’étendre à n’importe lequel des couples Terra Cognita/Frontière mentionnés dans un précèdent article. Je vous laisse les trouver.

 

Antoine BRET
Ca pourrait aussi vous intéresser
Filter by
Post Page
Démarche scientifique
Sort by

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*